Abbaye de La sauve Majeure Pujols (47) Rocamadour Carcassonne - un paysage domestique à rendre lisible Aménagement du sentier du bourg de Bonaguil Jardin vert et blanc "Orterra", Sainte-Croix-Du-Mont (33) Site des chutes des coteaux de Gascogne (47) Site Latécoère (40)
Plan local d'urbanisme de St Geyrac (24) Etude pré-opérationnelle du centre ville de Gradignan (33) Plan de paysage de Captieux (33) Etude de réhabilitation des espaces publics du centre ville d'Aiguillon (47)
Parc de passeligne Pelissier La place de la Claire Crèche D3 La traverse d'Escource Le pôle intermodal de la Hume La traverse du bourg de Comps Base de loisirs de Neuvic sur l'Isle (24) Village d'entreprise des Molines Nord (16) Zone d'activité de Mazères (33) Le parc de la Forêt L'axe des thermes du Mont Dore
2 jours par mois / Mon paysage Languedocien Découper la terre, l'eau et le ciel
Notre atelier de paysagisme Atelier Arcadie situé à Bordeaux est spécialisée dans le paysagisme et l'urbanisme. Le paysagiste : Rôle de conseil en agencement de espace, parcs et jardins, urbanisme, territoires. Des équipes de paysagistes pluridisciplinaires dirigées par Emmanuel Prieur répondent aux problèmatiques paysagères ou urbaines . Etant basés dans Bordeaux centre ville, notre clientèle privilégiée est répartie autour de la CUB de Bordeaux (Pessac, Mérignac, Gradignan, Saint Médard...) sur les principales grandes villes de la région Bordelaise et de la Gironde 33, Arcachon, tout le Bassin d'Arcachon, Blaye, Langon, Libourne, Lesparre Médoc, Saint Emilion... Nous intervenons aussi en creation de pub ou de sites web sur les départements limitrophes, Dordogne 24 Périgueux Bergerac, Lot et Garonne 47 Agen, Landes 40 Mont de Marsan, Charente 16 Angouleme, Charente Maritime 17 La Rochelle... Grace à notre équipe de paysagistes, nous travaillons aussi maintenant en particulier en creation de site internet sur Paris 75, la Région Parisienne, toute l'Ile de France et sur tous les départements de France métropolitaine et outre mer

Site des chutes des coteaux de Gascogne (47)

LOI du 2 Mai 1930 : « monuments naturels et des sites dont la conservation ou la préservation présente, au point de vue artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque, un intérêt général ».

L’inscription des chutes des coteaux de Gascogne résulte d’une prise de conscience dans les années 1970 de la nécessité d’élargir les champs des protections aux sites et non plus seulement aux monuments naturels. Cet élargissement de la protection est la conséquence du développement de l’urbanisation et des infrastructures pouvant porter atteinte à des ensembles paysagers remarquables.

« Nous étions tombés d’accord pour le classement du site… afin d’éviter la destruction du paysage qu’entrainerait l’autoroute Bordeaux-Sète… il faut gagner de vitesse les ordinateurs, les bulldozers. »

8 août 1970, propriétaire de Bois Renaud (LAYRAC) à J.PAYEN A.B.F.

Les coteaux de Gascogne représentent la séquence du territoire située sur le versant Nord de la vallée de la Garonne, entre la vallée de la Baïse et la vallée du Gers.

Cet espace correspond à une unité paysagère à la fois morphologique, géologique, agricole,  culturelle…

La chute des coteaux de Gascogne repose sur la « situation évènementielle » où le coteau et la Garonne sont en contact directs.

Les principales problématiques de dégradation des paysages des chutes des coteaux de Gascogne sont essentiellement liées au développement de l’urbanisation.

La protection des chutes des coteaux de Gascogne représente-t-elle toujours le même intérêt, a-t-on maîtrisé les évolutions que l’on craignait à cette période ?

La reconnaissance du site des chutes des coteaux de Gascogne est-elle ancrée dans les représentations collectives du cadre de vie Agenais ?

La seule inscription représente-elle un niveau suffisant de protection ?

Le site inscrit est-il le seul outil de protection de ces paysages ?

La révision du périmètre du site des chutes des coteaux de Gascogne intervient au moment où une infrastructure territoriale comme la LGV emprunte les fuseaux de réflexion de l’A62 40 ans plus tôt. Entre canal, autoroute, LGV, l’histoire des infrastructures Agenaise se répète.

Au-delà de la protection, les enjeux du site révèlent la nécessité de mettre en œuvre un projet de paysage à l’échelle de l’agglomération agenaise, prenant en compte les deux rives du fleuve : Gascogne et Guyenne, l’espace rural et urbain, l’épaisseur du territoire dans son cadre administratif en pleine mutation.