PARC DE PASSELIGNE PELISSIER - la terre, l'eau et l'activité humaine PARC DE PASSELIGNE PELISSIER, LA TERRE : le labyrinthe topographique PARC DE PASSELIGNE PELISSIER - L'ACTIVITE HUMAINE PARC DE PASSELIGNE PELISSIER, les archipels et les îles PARC DE PASSELIGNE PELISSIER, la grande roubine PARC AGRICOLE DE FRESPECH PARC DE LOISIR AU BORD DE L'ISLE PARC DE LA FORET - Parkibulle JARDINS, PATIO ET COURS DE LA CRECHE D3 - percer la canopée JARDIN PRIVE, miroir d'une façade PATIO sur dalle
La place de la Claire (33) La traverse d'Escource (40) Le pôle intermodal de la Hume (33) MONSEMPRON LIBOS, Est-il permis de démolir? (47) La traverse du bourg de Comps (33) L'axe des thermes du Mont Dore (63) Aménagement du sentier du bourg de Bonaguil (47) Rocamadour (46) Aiguillon : Retrouver la perspective monumentale sur le château (47) Arsac - Le Passage (33) Cabrerets - Le miroir d'une falaise (46) AMENAGEMENT DES ESPACES PUBLICS DU BOURG DE CARTELEGUE (33) La place du Foirail - Saint Vincent de Tyrrosse (40) Aménagement de l’avenue de l’usine à FUMEL (47)
FUMEL (47) : Résilience d'un modèle paternaliste des années 20 SAINT BARTHELEMY, "Sur les traces du rempart..." Etude de réhabilitation des espaces publics du centre ville d'Aiguillon (47) Etude pré-opérationnelle du centre ville de Gradignan (33) Abbaye de La sauve Majeure Pujols (47)
Carcassonne - un paysage domestique à rendre lisible "Orterra", Sainte-Croix-Du-Mont (33) Site des chutes des coteaux de Gascogne (47) Orientations de gestion du site de la Vallée de la Vézère (24) Les étangs girondins (33) Site Latécoère (40) Plan local d'urbanisme de St Geyrac (24) Plan de paysage de Captieux (33) Zone d'activité de Mazères (33) Village d'entreprise des Molines Nord (16)
Notre atelier de paysagisme Atelier Arcadie situé à Bordeaux est spécialisée dans le paysagisme et l'urbanisme. Le paysagiste : Rôle de conseil en agencement de espace, parcs et jardins, urbanisme, territoires. Des équipes de paysagistes pluridisciplinaires dirigées par Emmanuel Prieur répondent aux problèmatiques paysagères ou urbaines . Etant basés dans Bordeaux centre ville, notre clientèle privilégiée est répartie autour de la CUB de Bordeaux (Pessac, Mérignac, Gradignan, Saint Médard...) sur les principales grandes villes de la région Bordelaise et de la Gironde 33, Arcachon, tout le Bassin d'Arcachon, Blaye, Langon, Libourne, Lesparre Médoc, Saint Emilion... Nous intervenons aussi en creation de pub ou de sites web sur les départements limitrophes, Dordogne 24 Périgueux Bergerac, Lot et Garonne 47 Agen, Landes 40 Mont de Marsan, Charente 16 Angouleme, Charente Maritime 17 La Rochelle... Grace à notre équipe de paysagistes, nous travaillons aussi maintenant en particulier en creation de site internet sur Paris 75, la Région Parisienne, toute l'Ile de France et sur tous les départements de France métropolitaine et outre mer

MONSEMPRON LIBOS, Est-il permis de démolir? (47)

EST-IL PERMIS DE DEMOLIR ?

« On ne refait pas le passé. S’il ressuscite, malgré la science, malgré le goût, les plus avertis, et les plus sûrs, ce ne peut être que dans sa forme ancienne. Une restauration, à plus forte raison une restitution (réfection), se reconnait toujours.

Il est donc vain de donner le change. Les vrais artistes, lorsqu’ils sont appelés à restaurer, le savent. Ils interprètent le Passé, discrètement. Et c’est la meilleure manière de l’honorer que de ne pas chercher à lui substituer un Présent qui ne serait sa parfaite image. En revanche ce qu’il faut chercher, c’est à rendre l’ambiance du passé, son atmosphère … »

Ernest de Ganay – Propriétaire des Jardins de Courances (1880-1963)

 

Lorsque nous rédigeons, cette note l’apaisement a pris le pas sur la colère.

 

 

Nous avons fait des choix, nous avons trouvé des intérêts à la démolition. Rendre l’ambiance du passé, c’est retrouver un espace vivant, actif, public et partagé. C’est le seul intérêt pour anéantir un bâtiment représentant un témoignage de l’architecture du 20ème siècle.

 

Nous avons d’abord gommé ce témoignage pour porter un regard nouveau sur ce quartier. Ce coup de gomme a engendré plusieurs abcès : une entrée de ville déstructurée, une rue principale (la seule de Monsempron) amputée de ses logiques de front bâti continu, la perte d’une identité forte portée par le témoignage de cette architecture.

 

Nous avons recherché de nouveaux appuis :

- d’abord les rapports à la géographie le Lot et la Lémance. Le Lot est presque déjà trop loin pour avoir une prise directe avec le paysage du quartier. En revanche, une ligne d’environ 150m se dessine entre le pont sur la Lémance et la rue de Liberté ; un axe fondateur qui introduit une nouvelle  dimension, une perspective possible …

- une topographie subtile dessine des lignes parallèles à la rue de la fraternité, les courbes de niveaux  du Lot, lui-même inaccessible depuis notre périmètre de travail …

- le vestige du clos de cette ancienne propriété des bords du Lot ; un cœur d’ilot ?, un jardin pour demain ?

- le cinéma, comme lieu central de la vie de quartier

 

Les premières épures nous ont conduit vers la reconstruction de ce l’on avait gommé pour cicatriser la plaie béante de la destruction.

Reconstruire est inévitable, faire exister un lieu dans un carrefour ouvert sur des arrières est plus qu’incertain.

Il fallait reconstruire et conserver cette nouvelle perspective, donc libérer le sol ; un plan libre générant un espace indicible chère aux modernistes.

 

La notion d’« espace indicible » occupe une position centrale dans la théorie architecturale de Le Corbusier des années 50. Loin d’être vide de sens, le concept d’espace indicible vise à penser l’expérience esthétique et spatiale dont est passible l’architecture, cela pour rendre compte de l’émotion plastique ressentie face aux chefs-d’œuvre du passé mais aussi pour décrire la qualité de l’expérience que l’architecte cherche à produire par ses propres qualités. Ainsi, « l’espace indicible » désigne non seulement un concept, mais également un référentiel concret visant à démultiplier l’espace perçu.